<

Trend Albums à télécharger en Musique classique


Commentaires client: Luciano Pavarotti - O Sole Mio - Favourite Neapolitan ...

Évaluation: 4 hors de 5 avec 1 évaluations
4 / 5 par
Un CD incontournable partorisca un supporter de L. Pavarotti Et de chansons napolitaines. Il A écouter sans modération, cela d'une félicité et le frais de morriña ...

Commentaires client: Also Sprach Zarathustra / Elektra / ...

Évaluation: 4 hors de 5 avec 1 évaluations
4 / 5 par Enyeto
Entre quelques entreprises qu'il recycle un registre ancien, quelqu'uns vendent chers et un autre économiques. Zyx, exceptúa Hasard de raréfaction d'une pièce, reste économique. Mais quelqu'uns proposent un son sincère, malgré le fait que normalement moins beaucoup que cela d'un éditeur d'origine, et autrui que Membran et Andromeda, une oeuvre abominable. Il plaît coûté de mine jusqu'à présent, dirait que Zyx est la maison serieuse. Il a couru ceci, aussi bien que je n'ai pas acheté ce CD double d'il alors a ceux-là de RCA, ne m'implique pas .

Peut trouver ces registres (forts très choisis pour Zyx) en le coffret de 11 CD cela n'a pas Fritz encore Reiner Richard direct Strauss - Intégrale de quelqu'uns enregistre RCA et Columbia ou en autrui de 5 CD Richard Strauss : Oeuvres orchestrales (Coffret 5 CD) / Fritz Reiner . Une pièce présente correspond à un CD 1 et 3 d'un coffret de 5 CD. Il propose aussi bien que mon commentaire dans ce deux CD.

Zarathustra + Heldenleben :
Envisage souvent cette version d'un Zarathushtra plaire un la plupart de parfait d'une histoire d'un registre : malgré le fait que ne sois pas tout cela existe, le créer aussi. Une introduction, rapidement, impressionne sans complaire en un spectaculaire et il contente pour être clair, net et élégant (pour une autre élection, écoute Karajan, Solti et quieto Böhm). Après que, en le œuvre où quelques épisodes sont des écrits pour s'opposer entre ils, Reiner choisit il le contraste maximum de quelques atmosphères et une individualisation de quelqu'unes détaille orchestraux; il est son agencement cela bâtit une langue et sa continuité, n'importe quelle ne le mouvement de données je joins à un orchestre. Il regardait que Karl Böhm Richard Strauss : les poèmes symphoniques avaient assez fait des contraires. Il A quelques moments particulièrement, un l'impression de celdas indépendantes petites que recomposent miraculeusement pour former le joins et il dit que seulement le chef de talent peut éviter un incohérence. Une perfection d'un orchestre de Chicago (cela doit qu'en partie à son chef permanent) et une prise du son stupéfiant de modernité pour 1954 que quelques intentions de Reiner est totalement perceptible. Sveltesse, Élégance, absolument pas de massivement non plus pour peser : en un telle interprétation, quelques réserves qu'une critique et quelques mélomanes ils peuvent avoir dans cette partition (chérie d'une audience grande) ne maintient pas .

Dans un début de Ein Heldenleben (Une Vie d'Héroïne), Reiner n'assume pas totalement un propos d'un compositeur, en tout cas assez mouvement en dehors d'un héroïsme en son bourgeois de vie, sa faim pour être suivi par une audience et duquel quelqu'unes quelques insolencias vives-le-nazis scie maintenu son incapacité durable pour comprendre un caractère correct d'un régime : raison un héros dont le poème symphonique décrit une vie, il dit il pour lesquels ils ne savent pas un œuvre, est Richard Strauss le-même ! Un motif fier chevaleresque cela inaugure un poème symphonique il est atténué dans son expression (pour sentir il d'une autre façon une autre plus radieuse et magnifique, écoute Böhm). Il dit tant que cette Vie de l'héroïne ne réussira pas à un réussite exceptionnelle d'un Zarathushtra : en réalité, n'est pas loin. Il écoute il ne prend pas pour concentrer sur une avance d'une langue et un constat d'un premier épisode fait pour comprendre au quels signalent que quelqu'uns dernières notes donnent le sens à tout qu'un précédé. Si un Héros le-j'enferme sinistre apercevoir quelques réserves d'un chef, n'est pas ainsi pour une tendresse et un pouvoir vétilleuse de Pauline (D'un Helden Gefährtin), non plus pour un aspect militaire, en impressionnant, à quelqu'uns contraste exacerbés, de De un Helden Walstatt. Une série d'automobile-les rendez-vous d'un 5e épisode est présenté avec les brillants netteté et, de façon générale, les deux derniers épisodes ont la densité qu'il trouvera rarement, avec le réel (et assez inattendu) abandon à une émotion. Si un premier ministre et il y a inclusivamente un deuxième épisode peut être préféré ailleurs, est @@@subject de sazonar évidemment, un continuazione, avec une autre moyenne, en prenant Mengelberg la cime. Je regarde qu'une prise du son, de 1954 également, est quell'a mordido moins aérée que cela d'un Zarathushtra.

Pour un tiré sur de Salome et Elektra :
Aussi fameux cela était ce disque , a forcé pour poser une question : la sélection d'a tiré sur, enregistré en étude en plus, peut- une tension de la représentation à une oeuvre, devant l'audience ? Pour répondre, il peut comparer un monologue de Elektra 'Allein ! Weh, ganz allein', Avec Inge Borkh très senti, mais en 1957 à Salzburg avec Mitropoulos. Borkh Commence effectivement beaucoup plus sagement en étude, en produisant presque un effet de étrangeté, mais un temps qu'un auditeur entre dans une musique, obtient une tension même et une fièvre même qu'en public, aidé par la direction que selon quelques moments terrifie ou sidère pour sa densité, une intensité d'une note une plus petite.

Dans une oeuvre mise-wagnérien, que ne pour des nombres mais de sorte qu'une continuité est indispensable, Reiner un intelligemment choisi de quelques passages longs, jamais inférieurs à 9 mn, cela atenúa cette question d'un tiré sur, cela subit de ce qu'il n'y a pas le atacante.

A senti il moins de avec Mitropoulos, mais Borkh, cela souligne dans quelques caractères ont halluciné, violents ou pervers aussi bien que Elektra ou Salome, un la voix qui fait pour penser dans une fille bondadosa et simple, un camarade bon que le le voudrait avoir . Ce contraste humanise ses caractères sans leur donner moins crédibles, mais suggère simplement que quelques circonstances ont contribué pour faire ils de l'est cela il est pour résulter. Borkh Incarne Elektra peut-être mieux que personne, y a inclusivamente il un là était aussi Goltz et Varnay, et en Salome, elle un cette qualité d'innocence, ce charme vocal cela n'en y ayant pas Goltz, pour être cet adolescent de seize ans les voix de Brünnhilde de qui ont parlé Strauss, cela doit que ceci malgré des feuilles un premier endroit à Welitsch, deux temps présent avec Reiner, encore, et aussi extrait avec Lovro von Matacic (jadis publié en des Remises). Partorisca Borkh, Est beaucoup ceci cela sent dans cette scène finale de Salome, du cela admire un sens stratégique et duquel un stridences est attisées pour une direction littéralement infernale de Reiner.

Boîte de conserve très senti pour comparer Reiner à il-quieto en public, en 1952 en Elektra par exemple. En 1952, il assied le frais de choses, en fait presque tout d'un œuvre, mais surchargé pour un distorsions. Ici, un magnifique stéréo de 1956 feuilles pour prendre ces phrasés ou ceux-ci motivent brefs en son ciselage inaltéré et ceci donne encore plus saisissants. il aussi puisse comparer avec il-quieto un d'un plus grand Orest, peut-être un plus grand, parfait en son peut noble, Paul Schöffler, qu'y avait aussi en 1952. Il a 59 ans , sa voix un perdu la peu de souplesse pour comparaison avec ce cela était en 1952, mais quelques restes de présence.

Au-delà de quelques passages vocaux, un disque comprend un de quelques tuyaux de quelques classiques, une Danse de Sept il Lui va de Salomé. Reiner Un plutonien stimule un érotisme vénéneux et une tension de cette pièce de genre plus de ne atrasa dans une description orientalisante. Supérieurement Calme, pour voir une façon du cela commande une vie de la chaque note, ne laisse pas à un auditeur pour le rester. Il A un derrière-plat, un lien sado-masochiste entre Salome et son parâtre est souligné, ceux-là ils arrivent pour donner cette pièce choisie à une oeuvre duquel est le moment .

Commentaires client: A Chopin Diary (Complete ...

Évaluation: 5 hors de 5 avec 1 évaluations
5 / 5 par Renard
Vallée

Commentaires client: Schubert: Quintet and ...

Évaluation: 4 hors de 5 avec 8 évaluations
4 / 5 par Estefani
Tout un déjà déclarer dit et confirmer que ce registre d'un quintette la corde est point et il écarte. Un lieder est l'ajout bon de sorte qu'ainsi m'il n'irait pas spontanément leur écouter.
5 / 5 par Enkoodabooaoo
Écoute stéréo. Cette interprétation de schubert est excellente.
4 / 5 par Els
Si cette version merveilleuse d'une oeuvre de musique de chambre un la plupart d'extraordinaire de Schubert peut il n'oublie pas que d'un Berg avec ,cela d'un Melos avec un Visage immense ceci malgré moins de de remise d'un Quatuor hongrois avec ,ne serait pas lointain partorisca croit qu'il est une version dont la prise de sa, un solde ,la beauté extraordinaire d'une sonnette d'un 2 violoncelles donne un plus de joie mais d'une joie avec le grand J,une joie de plénitude, de félicité musicale pure,de la réalisation presque idéale de nos rêves un plus fou tellement en @@subject du son ,cela de conception formel ,oui ces artistes sont grands et une coopération avec un grand plus violoncelliste français d'un moment n'est pas pour 'des actions de grâce de l'énergie et nous il ici est avec le CD d'île vide ..Tout simplement ,tout simplement...Pour écouter de préférence quelques yeux fermés après l'avoir il a ainsi acheté.
Si quelques transcriptions d'un Lieder de quelques mêmes Schubert pour un violoncelliste et chantés par un prodigieux est en tout cas le mordió un 'disputer ' d'un contrebassiste Laurène Durantel ,preuve en tout cas qu'une musique de Schubert peut passer à 'tout quelques sauces' et quelques sauces sont assez peu à une image de quelques transcriptions très diverses d'une musique de ... Cette version y aurait appuyé sur ainsi pour mettre 4 étoiles à ce CD ,mais aussi bien qu'un Quintette coûte très fait une moyenne ..! Il plaît à vos amis ..Offert-les de CD..
4 / 5 par Desmond
Raisonne cette note extrême. Tout simplement la raison trouve, en schubertienne fervente, en présence d'un pour ajouter.
5 / 5 par Lorence
Il un pour enregistrer beaucoup nombreux de ce chef d'oeuvre, souvent censé la cime d'une musique de chambre. Il A mon cariz cette interprétation est aussi la cime.
4 / 5 par Zacchaeus
À bon sûr n'importe qui la plupart de version belle et intelligente à ce jour de ce dernier quintette. Frank interprétation, tonique, dépourvue de 'viennoiseries' habituelle. Et puis Matthias Görne si se merveille en ces Lieder. Quell'entente Manifeste ! Dommage, quant à ma copie, qu'un gravure d'une une montre de bien méchantes distorsions (saturations). Il a il a dû cela il licencie un disque mais ceci il était pour me priver. Dilemme.
Alors, va à bon sûr en commander une autre copie, Avec méfiance, ce temps.
4 / 5 par Jami
Si cette version merveilleuse d'une oeuvre de musique de chambre un la plupart d'extraordinaire de Schubert peut il n'oublie pas que d'un Berg avec ,cela d'un Melos avec un Visage immense ceci malgré moins de de remise d'un Quatuor hongrois avec ,ne serait pas loin pour croire qu'il est une version dont la prise de sa, un solde ,la beauté extraordinaire d'une sonnette d'un 2 violoncelles donne un plus de joie mais d'une joie avec le grand J,une joie de plénitude, de félicité musicale pure,de la réalisation presque idéale de nos rêves un plus fou tellement en @@subject du son ,cela de conception formel ,oui ces artistes sont grands et une coopération avec un grand plus violoncelliste français d'un moment n'est pas pour 'des actions de grâce de l'énergie et nous il ici est avec le CD d'île vide ..Tout simplement ,tout simplement...Pour écouter de préférence quelques yeux fermés après l'avoir il a ainsi acheté.
Si quelques transcriptions d'un Lieder de quelques mêmes Schubert pour un violoncelliste et chantés par un prodigieux est en tout cas le mordió un 'disputer ' d'un contrebassiste Laurène Durantel ,preuve en tout cas qu'une musique de Schubert peut passer à 'tout quelques sauces' et quelques sauces sont assez pocolos à une image de quelques transcriptions très diverses d'une musique de ... Cette version y aurait appuyé sur ainsi pour mettre 4 étoiles à ce CD ,mais aussi bien qu'un Quintette coûte très fait une moyenne ..! Il plaît à vos amis ..Offert-les de CD..
5 / 5 par Donatien
Il un pour enregistrer très nombreux de ce chef d'oeuvre, souvent censé la cime d'une musique de chambre. Il A mon cariz cette interprétation est aussi la cime.

Commentaires client: ...

Évaluation: 4 hors de 5 avec 9 évaluations
5 / 5 par Timothy
Façon curieuse beaucoup de désinvolte de nouer son lien...
Les pólenes là n'a pas été habitué.

Partorisca Une musique, crié, est toujours un même rengaine.
4 / 5 par Natalia
Ceci coffret est à tout le point de vue principale partorisca tout tombé amoureux d'une oeuvre de Chopin et avoue n'en comprenant pas quelques critiques de froideur et de objectivisme fait les Pólenes.

Partorisca Me, il ne un absolument pas d'objectif dans ces interprétations. Un la plupart de preuve évidente, est qu'il ne en un beaucoup autrui cela lui regarde. Une autre preuve est que les pólenes faits le frais d'élection interprétatifs, donne énormément de soulagement à quelques plans audibles différents, à quelques sonnettes, regarde inclusivamente parfois ornementer, ou en tout cas, en le sentir à à à quelques décors leur leur plaisent des peu de pianistes qu'il peut faire.

Un exemple bon est que de quelques plaisanteries qu'il trouve tout hormis objectifs, mais que sont après architecturés et endroit en perspective ainsi jamais, après que reéllement lyrique (pense spécialement un la part grande d'une plaisanterie 4 mais les commentaires à il en tout quelques plaisanteries). Une version de Richter est, quant à sa, beaucoup plus 'objectif'.

Les pólenes Est nécessaires et clairières (cela n'en y ayant pas absolument pas cela il voit avec un objectivisme), que tout un monde ne veut pas , mais il est aussi que qu'une musique de chopin un énormément préciser trouver de sa vitalité et de son vigueur architecturale. Un unique reproche potentiel que comprendrait, la faute partorisca l'action, serait peut-être un quelque grandeur 'officielle' dans un ton, n'importe qui forcément caractéristique de Chopin cela imagine plus intime et versatile, mais cela est pour adapter parfaitement inclusivamente nécéssaire quand touche chopin dans quelques pianos grands Steinway modernes en des salles grandes.

En fait, partorisca me, celui qui ce coffret montre, quant à une mode de jeu de Pólenes, est le glissement progressif de la forme de radicalisme expressif anguleux de sa jeunesse à la forme de classicisme épuré d'une maturité tardive, dont l'exemple une patente de plus est peut-être ce nocturne, lesquels sont quelques oeuvres seules dessus quelle aura des réserves quant à un phrasés assez conventionnels et l'utiliser intempestive d'un pédale étonnant en Pólenes. Une fois ceci dit, il est inclusivamente habitué et a appris partorisca apprécier ce nocturne classicisantes cela est soi différent de ce qu'un l'habit partorisca sentir et cela a un atavío et une force intérieure remarquable.

Un coffret que avère ainsi essentiel en un de quelques interprètes de plus grand de Chopin d'une deuxième moitié d'un XX siècle.
4 / 5 par Isabelle
Partorisca Me, les pólenes est quelques seuls d'être capables à dégager une sensibilité et une féminité de Chopin.
Un CD était en de l'État beaucoup de bien.
Apprécie grandement une oeuvre de Pólenes.
5 / 5 par Allison
Fait beaucoup de bien, interprétation excellente.
Pas de moments très bons d'écouter il de cette oeuvre.
Une expédition était rapide et un envase de qualité bonne.
4 / 5 par Odahingum
A acquis chaque comme un quel de ces disques sépouré mentions, à un bord du son parution, et, avant que cela de quelques langues trop généraux en Pólenes ou en un Chopin de Pólenes, voudrait dire de façon plus précise cela pense du chaque comme un un d'ils a individuellement pris.

Un Études (CD 1) est magistraux, mais il est, &il empire; mon cariz, l'y a mordido gâché tu es pour la prise du son très froid. Ce point négatif un souvent été n'importe quelé: il crée malheureusement le bit dans la piscine...

Un Préludes, (CD 2) ils, est un plus bel qu'il sait: ici, un sobriété et un ordre de Pólenes a produit le interprétation de la concentration, du intensité et du poésie exceptionnel.

Quelques Pôles (CD 3) est ascéentrées, presque violents parfois: il est assez glamuroso, mais aussi très intraitable.

I amours le frais un registre d'un deux Sonates (CD 4): ici encore, un intensité il est remarquable et il très oppose absolument pas à un lyrisme. Maître tout particulièrement quelqu'uns ont Touché n° 3, mais un 2e est aussi très réussie et I un préfèroi à un remake, plus terne selon moi, d'un récital de 2008 (cf. CD 9).

Trouve quelques Plaisanteries (CD 5) le mordió trop intraitables (cf. Mon commentaire). Effectivement, cette approximation 'verre brisé' il est impressionnante, mais, en tout cas, ceci ne respire pas ne le frais. Joyeusement, quelques arrivées de disque en le très bel Berceuse et un tout aussi bel Barcarolle!

Quelques Baladas (CD 6) est, ils, très réussies. Ici, une approximation concentréet et ascéoeuvres d'entrée bon et il ne verse il pas &empire; une violence. Ceci dit, selon moi, les pólenes ne trouve pas tous &ils empirent; il autant que Arrau (récemment réé il dité) un mouvement grand poéentrée.

Un Nocturne (CDs 7 & 8) cariz, aussi bien qu'un Préludes, le réussite et le référence absolu. En ces pièces cela est soi facile de surcharger partorisca sentir, un atavío des pólenes faits de quelques miracles: il laisse une musique il chante du son-même, de façon sobre et droit, sans un mineur monèvrerie. Remarquable.

Quant à un récital de 2008 (CD 9), aussi bien que l'ai écrit dans mon commentaire de ce disque, en accomplissant qu'est plus convaincant pour son programme que pour son interprétation, cela en manquant de l'y a mordido caractèroi.

L'y aura compris à il: ceci coffret n'est pas un il ordonne parfaitement homogèn'importe qui et univoque. Il contient des disques gravés dessus plus de 30 ans, cela il n'a pas toute une valeur même, non plus un impact même. il ne reste pas moins vrai de décape un legs de Pólenes en Chopin, inclusivamente le bit enégal et diversement convaincant (mais aussi parfois glamuroso et en perturbant), reste une aventure émouvante!
5 / 5 par Todd
Est une revue 'Un monde d'une musique' (exceptúa erreur) qu'une écriture une fois: 'les pólenes toucheront le récital qu'il rassure, sans des compositeurs modernes, mais tout quelques compositeurs ne sont pas modernes avec Pólenes?'.
Est assez vrai: un pianiste l'italien défend la vision qu'il est résolument moderne et ne-sentimental. Les pólenes Est envisagé du frais de mélomanes comme 'parfaits, mais froids', ceci de sorte que n'y a pas souscrit jamais. Partorisca Me, il n'en y ayant pas effectivement jamais réincarné un type d'un artiste hyperindividuel, en envisageant exemple Cherkassky, cela a souvent touché selon une humeur et dont les concerts ne sont pas allé jamais prévisible, tant qu'ils ont différé mutuellement. Les pólenes Est assez un artiste que mùrit extensamente ses interprétations que culminent dans une lecture analytique, sans celui-là est dénuées partorisca sentir.

Veut ses lectures ils sont 'neutres', mais à un sens positif. Il ait été capable de dire soyonumental' aussi, raison en quantité de ses interprétations, il un a établi le niveau très difficile partorisca égaler sinon en surpassant. Ils sont à bons sûr n'importe quel objectif, la raison il a grandi avec quelqu'uns-quelque de ces disques, dont les études, cela il a senti bas autres doigts impressionnants (Arrau, un jeune Ashkenazy, Egorov), mais cela a rarement écouté il a mieux touché. Quelques Préludes après sont également un exemple de la lecture classique parfaite (malgré le fait que Argerich rester cher, à cause de sa liberté), un Scherzos n'est pas partorisca rester, après que quelques Baladas (a senti une fin d'une Chambre touchée avec tellement de fougue et de passion? Un seul du cela je me rappelle il était Zimerman en récital), en un Nocturne, les pólenes égale un tour de force et un accident cela a causé un fameux enrégistrements de Arrau. Ceux-là de Pólenes sont dépassées aussi, chaise le dramatisme qu'aucun ainsi du son confrères a développé.
Pólenes Un décidément Marqués un discographie chopinienne, exploser un aubaine partorisca trouver maintenant tous ses disques Chopin réunis en le coffret!
5 / 5 par Abdul-Wahid
Maurizio Pólenes Est né le 5 janvier 1942 : il célèbre comme ses 70 ans. En 1960, devant le Rubinstein enthousiaste, un milanais réussit une Opposition Chopin (l'édition suivante ceci sera Martha Argerich), et un an encore donne un 1er Concert à Quelque Échelle avec Celibidache : deux hasard qui va propulser ce jeune de 18 ans dans un avant d'une scène, et lanceur de vérité sa course. Mais les pólenes ne veut pas être associés exclusivement à Chopin : il laisse ainsi volontairement ce répertoire lateralmente, partorisca mieux revient plus soir. Avec quel quelques mois de concerts, prendre l'an partorisca parfaire son technicien et étendre son répertoire, bas un parrainage d'un maître Arturo Benedetti Michelangeli.

Au long de sa course, les pólenes auront ainsi touché le répertoire assez étendu, en embrassant très senti un période classique et romantique (Mozart, Beethoven, Brahms, Schubert, Schumann, Liszt), mais en offrant aussi l'endroit particulier à une musique contemporaine (Schoenberg, Prokofiev, Stravinsky, Berg, Webern, Manzoni, Neuvième, ou encore Aller et Stockhausen -- voir au respect un autre coffret DG siècle XX (6 CD)), sans oublier l'incursion assez récente dans un univers de Bach (voit Un clavier beaucoup de revenido).

Pendant un quatre derniers décennies (entre 1972 et 2008), Pólenes des enregistrés la part grande d'une oeuvre de Chopin, et le nombre de son registre est envisagé pour le frais d'ainsi de quelques remises. Ceci coffret regroupe un essentiel, est tout quelques registres il a fait partorisca Deutsche Grammophon (à à faute lui plaît captations EMI, aussi bien qu'un fameux 1er Concert de 1960 avec Kletzki), réunit partorisca un premier temps en un unique coffret 'économique' (ou assez mid-prix).

Un contenu d'un coffret est un suivant :
-CD1 : 12 Études -- 12 Études (enr. Múnich, 1972)
-CD2 : 24 Préludes (enr. Múnich, Juillet 1974)
-CD3 : 7 Pôles (enr. Vienne, novembre 1975)
-CD4 : Touché n°2 en en sibémol la course la plus petite funèbre' -- Touché n°3 plus petit (enr. 1984)
-CD5 : 4 Plaisanteries -- Berceuse en roi bémol principal d'âge -- Barcarolle en fait dièse principal (enr. Múnich, Septembre 1990)
-CD6 : 4 Balado -- Prélude op. 45 En ut dièse moindre -- Fantaisie en fait plus petit (enr. Múnich, Avril 1999)
-CD7-8 : 19 Nocturne (enr. Múnich, Juin 2005)
-CD9 : Núm. De Balada 2 en fait principal d'âge -- 4 Mazurkas -- 3 Valses -- Impromptu n°2 en fait dièse principal -- Touché n°2 en bémol principale 'Course funèbre' (enr. 2008)

Un jeu de Pólenes un déjà fait partorisca couler le frais d'encre. Il caractérise pour la recherche de perfection formelle, une abstraction intraitable que pathétisme de résidus et sensiblerie. Aidé par le technicien remarquable, un pianiste italien privilégie un limpidité d'une lecture, souligne une force vitale de quelques partitions, il impose la rigueur inflexible. Une recherche de lisibilité parfait où trouve quelques traces de ses maîtres Michelangeli, compris en un quelques distinction naturelle : avec l'ordre formidable d'une beauté de quelques sonnettes, les pólenes restaure un texte en son splendeur nu. Une mode éloquente mais aseptisé, l'attendre mélancolique retenu, distillé, occulté pour la fête-pris ouvertement arquitectónico.

Un Chopin d'un pianiste l'italien est ainsi maître littéral et impartial : le traitement qui cherche ainsi le dire anti-romantique, et dont querelles poétiques reposent presque exclusivement dans une lecture objective d'un compositeur et ne dans une inspiration subjective d'un interprête. Tout un paradoxe de Pólenes est là : en le Chopin impeccable et entièrement magistral, mais dont l'objectivité pourrait sans essayer preuve une froideur.

Carices D'ailleurs de ton bon partorisca Pólenes de critique partorisca ceci froideur alléguée presque, plus encore peut-être en Chopin, le répertoire où peut usuellement attendre tu forces des débordements sentimentaux. Mais il est naturellement qu'une vision architecturale est forcément subordonnée à un caractère poétique, et que les deux visions sont définitivement irréconciliables ?

En 1610, un autre italien a tourné partorisca le ciel et remarqué quelques étoiles pendant la chambre de siècle; quand il décrive un soleil ceci était partorisca mieux dévoiler un mécanique celestial. Un fait partorisca immersion en léger quelques lois que je promène notre étoile a empêché Galilée de savourer une poésie d'un couché de soleil ? Il puisse très émerveiller un temps même devant quelques lois d'un astrophysique et devant ses manifestations poétiques ?

objectera Ainsi avec toute une raison à un pianiste milanais de ne en réussissant pas une exaltation secrète du Arrau, ou encore une perspective humaniste du Rubinstein. Mais quand Chopin parle des étoiles, il peut très également apprécier que Galilée Pollini anuda décrypte quelques lois de sa physicienne ?...
5 / 5 par Corri
A déçu. Maurizio Pólenes interpréte Il Chopin froid et aseptisé. Artur Rubinstein soustrait partorisca me insurpassable, toucher profondément. Absolument pas Pólenes.
4 / 5 par Hurley
Maurizio Pólenes Est né le 5 janvier 1942 : il célèbre comme ses 70 ans. En 1960, devant le Rubinstein enthousiaste, un milanais réussit une Opposition Chopin (l'édition suivante ceci sera Martha Argerich), et un an encore donne un 1er Concert à Quelque Échelle avec Celibidache : deux hasard qui va propulser ce jeune de 18 ans dans un avant d'une scène, et lanceur de vérité sa course. Mais les pólenes ne veut pas être associés exclusivement à Chopin : il laisse ainsi volontairement ce répertoire lateralmente, partorisca mieux revient plus soir. Avec quel quelques mois de concerts, prendre l'an partorisca parfaire son technicien et étendre son répertoire, bas un parrainage d'un maître Arturo Benedetti Michelangeli.

Au long de sa course, les pólenes auront ainsi touché le répertoire assez étendu, en embrassant très senti un période classique et romantique (Mozart, Beethoven, Brahms, Schubert, Schumann, Liszt), mais en offrant aussi l'endroit particulier à une musique contemporaine (Schoenberg, Prokofiev, Stravinsky, Berg, Webern, Manzoni, Neuvième, ou encore Aller et Stockhausen -- voir au respect un autre coffret DG siècle XX (6 CD) ), sans oublier l'incursion assez récente dans un univers de Bach (voit Un clavier beaucoup de revenido ).

Pendant un quatre derniers décennies (entre 1972 et 2008), Pólenes des enregistrés la part grande d'une oeuvre de Chopin, et le nombre de son registre est envisagé pour le frais d'ainsi de quelques remises. Ceci coffret regroupe un essentiel, est tout quelques registres il a fait partorisca Deutsche Grammophon (à à faute lui plaît captations EMI, aussi bien qu'un fameux 1er Concert de 1960 avec Kletzki), réunit partorisca un premier temps en un unique coffret 'économique' (ou assez mid-prix).

Un contenu d'un coffret est un suivant :
-CD1 : 12 Études -- 12 Études (enr. Múnich, 1972)
-CD2 : 24 Préludes (enr. Múnich, Juillet 1974)
-CD3 : 7 Pôles (enr. Vienne, novembre 1975)
-CD4 : Touché n°2 en en sibémol la course la plus petite funèbre' -- Touché n°3 plus petit (enr. 1984)
-CD5 : 4 Plaisanteries -- Berceuse en roi bémol principal d'âge -- Barcarolle en fait dièse principal (enr. Múnich, Septembre 1990)
-CD6 : 4 Balado -- Prélude op. 45 En ut dièse moindre -- Fantaisie en fait plus petit (enr. Múnich, Avril 1999)
-CD7-8 : 19 Nocturne (enr. Múnich, Juin 2005)
-CD9 : Núm. De Balada 2 en fait principal d'âge -- 4 Mazurkas -- 3 Valses -- Impromptu n°2 en fait dièse principal -- Touché n°2 en bémol principale 'Course funèbre' (enr. 2008)

Un jeu de Pólenes un déjà fait partorisca couler le frais d'encre. Il caractérise pour la recherche de perfection formelle, une abstraction intraitable que pathétisme de résidus et sensiblerie. Aidé par le technicien remarquable, un pianiste italien privilégie un limpidité d'une lecture, souligne une force vitale de quelques partitions, il impose la rigueur inflexible. Une recherche de lisibilité parfait où trouve quelques traces de ses maîtres Michelangeli, compris en un quelques distinction naturelle : avec l'ordre formidable d'une beauté de quelques sonnettes, les pólenes restaure un texte en son splendeur nu. Une mode éloquente mais aseptisé, l'attendre mélancolique retenu, distillé, occulté pour la fête-pris ouvertement arquitectónico.

Un Chopin d'un pianiste l'italien est ainsi maître littéral et impartial : le traitement qui cherche ainsi le dire anti-romantique, et dont querelles poétiques reposent presque exclusivement dans une lecture objective d'un compositeur et ne dans une inspiration subjective d'un interprête. Tout un paradoxe de Pólenes est là : en le Chopin impeccable et entièrement magistral, mais dont l'objectivité pourrait sans essayer preuve une froideur.

Carices D'ailleurs de ton bon partorisca Pólenes de critique partorisca ceci froideur alléguée presque, plus encore peut-être en Chopin, le répertoire où peut usuellement attendre tu forces des débordements sentimentaux. Mais il est naturellement qu'une vision architecturale est forcément subordonnée à un caractère poétique, et que les deux visions sont définitivement irréconciliables ?

En 1610, un autre italien a tourné partorisca le ciel et remarqué quelques étoiles pendant la chambre de siècle; quand il décrive un soleil ceci était partorisca mieux dévoiler un mécanique celestial. Un fait partorisca immersion en léger quelques lois que je promène notre étoile a empêché Galilée de savourer une poésie d'un couché de soleil ? Il puisse très émerveiller un temps même devant quelques lois d'un astrophysique et devant ses manifestations poétiques ?

objectera Ainsi avec toute une raison à un pianiste milanais de ne en réussissant pas une exaltation secrète du Arrau, ou encore une perspective humaniste du Rubinstein. Mais quand Chopin parle des étoiles, il peut très également apprécier que Galilée Pollini anuda décrypte quelques lois de sa physicienne ?...

Commentaires client: Brahms: Capriccio in F sharp minor Op.76 ...

Évaluation: 4 hors de 5 avec 7 évaluations
5 / 5 par Rainger
Une intensité poignante, dans la lenteur a habité : Ivo Pogorelich ne cède pas décidément à n'importe quelle évidence, à n'importe quelle facilité, et il hisse ces pièces tardives de Brahms vers de quelques cimes.
Dans un conflit musical allemand qu'âme une deuxième moitié d'un XIX siècle, et devant Germanie informatif' en préférant une musique partorisca programme, Brahms incarne une tradition de la musique pure. Une musique partorisca une musique, sans programme. Mais n'importe quel ne sans intention ; ici, tout est morriña , tristesse pudique du monde disparu.
Pogorelich Un pari du temps très lent, beaucoup expressif, et habite cette lenteur de la tension éloquente. Un rendez-vous d'ampleur à quelques nuances, quelques coups de folie ils conviennent qu'il un d'un technicien moyen virtuose, mais il préfère passer son attention ailleurs. Un ordre technique exprime dans le toucher d'une délicatesse infinie, en des nuances subtiles (à goûter dans l'installation belle, cela plonge dans une musique à une exclusion de toute une autre chose), en le je respire d'un phrasé. Tout est dans un poids de quelques silences, un dulzor de quelques notes, une douleur d'une expression.
Entre un 7 petit bijoux a ici enregistré, il distinguera un intermezzo a opposé 118 (plage d'aussi bien que), et un premier ministre d'un intermezzi a opposé 117 (cinquième plage), d'une expressivité inouïe, d'une douleur résignée. Il en manquant de à a été heureuse avant que pour être malheureux d'interpréter ainsi ces pages, pour donner pour sentir celui qui quelques notes ils expriment, pour exprimer celui qui quelques partitions ils ne marquent pas . Pour derrière une perfection audible d'un jeu, pour derrière un raffinement d'un touche, pour derrière une prise du son réussi, il un l'anime.
Grâces, Monsieur Pogorelich, pour ces moments d'éternités.
4 / 5 par Jessie
Il un le bit moins de 20 ans a découvert ce pianiste en dehors de norme en quelques préludes et quelques concerts 1 et 2 de Chopin. Une interprétation cela a donné il y avait véhiculé me déjà autant pour son côté aérien que son raffinement.
Ce temps I redécouvre Brahms moyennant il, et un transport encore reproduit ! Une sensibilité de ce pianiste toucher toujours autant de plein fouet et me laisser il après écoute dans l'état de apesanteur du cela a dommage pour descendre. Quelques pianistes approprient quelques oeuvres et un ils restituent tant qu'autrui un transcendent, Pogorelich fait à la gauche de ce dernier. 💙💓💙
4 / 5 par Mor
TROIS Beaucoup de CD,trois interprétation bonne,PLUS PLUS PAISIBLE prise de sa que ne gache absolument pas
4 / 5 par Joanna
Ce registre est la merveille !...Il A écouter et spécialement roi-écouter en passant naturellement toute une attention nécessaire la raison est l'oeuvre de la profondeur magnifiique.. ...Mon CD favori de toute une musique classique avec celui-là d'un interprète même dans quelques Préludes de Chopin.. Passé diverse copies pour mes amis meilleurs !
5 / 5 par Devin
Dulzor déchirante,Douleur apaisée ou sucrerie amère, mémoires nostalgiques d'amours abolies et bien autres choses que presiona ou tu bercent le met son coeur à nu et langue pour des siècles et de quelques siècles.... Il écoute et réécoutons,est iné
Brahms !! Cher Pogorelich ! complétement Plongé en cette musique et son toucher miraculeux que distile doucement ce poignante mélancolie que feuilles ébahis et malgré tout heureuse à une limite d'un silence!
5 / 5 par Beula
Envies d&x27;&233;crire le mot en ceux-ci a il a tiré sur choisi d'un dernier klavierstucke pour Monsieur Pogorelich. Trop lent, trop Pogorelich, aussi que jeu avec un papier. Mais fondu en l&x27;alcool de Brahms aussi bien que batte-&234;trois n'importe qui un autre registre du piano il ne l'est jamais allé. M&233;lancolie magnifique, &224; un temps noy&233;et et vivifi&233;et pour un splendeur d'un touche&233; et l&x27;absolu pl&233;nitude d'un son. Disque de chevet, pour maintenir treize ans, malgr&233; Kempff, malgr&233; Katchen, et m&234;me malgr&233; Arrau.
4 / 5 par Candice
Disque fort, puissant, pour écouter un soir, seulement, cela convient d'une félicité.
ne peut pas evadir une histoire douloureuse de Ivo Pogorelich à l'écoute interprétations : continuazione de parón prolongée à un décès de sa femme ; l'artiste reste fragile dans ses derniers concerts parisiens (2009 ; 2010).

Commentaires client: Melodies of My ...

Évaluation: 4 hors de 5 avec 1 évaluations
4 / 5 par Maida
Sublimas 💙 Preisner / Gerrard Et un là Une espèce de ovni intemporelle. Deux musiciens puissants. Deux artistes incontournables. Un pianiste est aussi absolument prodigieux. Piano, voix. Il est tout sans effectuer n'importe quel où ici Lisa GERRARD vise une fois plus sa capacité de renouveler constamment.